Show2babi.com

L'artiste Samy Succès accusé d'escroquerie par un promoteur de spectacles au Burkina Faso.

1667472242.jpg

L’artiste Zouglou, Samy Succes, est au cœur d’une vive polémique qui enflamme présentement la toile. Et pour cause, il n’a pas honoré un contrat signé pour une prestation au Burkina Faso.

La 5e édition du "Fegoa" Festival Gastronomique Ouest Africain tenu le Dimanche 30 octobre dernier à Ouagadougou à été sans compter la participation de l'artiste Samy succes qui devrait se produire en live. L’artiste ivoirien justifie son absence par la situation sécuritaire du pays « Le Burkina est un pays instable, je suis désolé mais je ne pourrais pas jouer à votre festival ».

De son coté le promoteur du spectacle répondant au nom de Roland Batoua, a accusé l’artiste ivoirien d’avoir traité le peuple burkinabé de sous hommes et accuse Samy Succès d’escroquerie. « Nous avons plutôt affaire à une bande organisée de malfaisants culturels. Le contrat a été signé en Août et non en octobre comme il laisse entendre à chacune de ses sorties. Pour un staff professionnel s’il y’a des irrégularités dans les clauses du contrat, interpeller l’autre partie afin de rectifier le tir que d’attendre la veille pour avancer de telles inepties », a-t-il indiqué.

Pour lui, dénoncer des problèmes de sécurité et demander au lendemain du coup d’état militaire le reste de son cachet une mauvaise foi de l’artiste. « Évoquer mon manque de professionnalisme car n’ayant pas eu d’autorisation d’entrée sur le territoire est l’expression de ta méconnaissance du milieu. Sauf si je me trompe, quand une structure basée à l’étranger qui organise un événement te fait parvenir une lettre d’invitation, pour obtenir une autorisation de sortie de ton pays, c’est à ton ministère de tutelle, tu te dois de t’adresser« , a-t-il ajouté.

Il insiste que le Burkina n’a pas ses frontières fermées et qu’avec une simple lettre d’invitation et une lettre d’appui institutionnel, Samy Succès devrait entrer sans soucis comme l’ont fait certains exposants invités et venus par la route au festival. « Je n’ai pas d’antécédents judiciaires, ceux qui me fréquentent savent qui je suis. Tu n’es pas le premier artiste avec qui je collabore. Le terrain médiatique que tu empruntes risque de te jouer des tours. Allons seulement », peut-on lire dans la version donné par Roland Batoua.

publicCôte d’Ivoire

Rédacteur: Mobio Christian

menu_book449

03/11/2022 à 10:44:02

- history2 mois

Suggestions

Plus d'articles